Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 11:57

Tout le monde en parle, tout le monde est sûr qu'il va rafler tous les oscars, il fallait donc que j'aille de toute urgence le voir. Mais quand les avis sont aussi unanimes, je me méfie, j'ai peur d'être déçue – même quand il y a Colin Firth.

 

Le disocours afficheLe Discours d'un roi – Tom Hooper

 

On connaît l'histoire  (ou pas) : le second fils du roi George V est bègue et il vit un calvaire dès qu'il doit prendre la parole en public. Sa femme , Elisabeth, la future Queen Mom, le soutient avec énergie et finit par lui trouver un « ortophoniste » peut conventionnel qui lui permettra d'assumer son rôle de Roi lorsque le frère aîné abdiquera pour épouser Wallis Simpson (deux fois divorcée, la coquine).

Voilà pour le pitch.

 

Alors que dire au milieu de toutes ces critiques dithyrambiques ?

Et bien oui j'ai aimé, j'ai passé deux heures magnifiques devant des images somptueuses et des acteurs tous époustouflants.

 

On peut regretter que le film soit un peu trop académique. Mais s'il y a effectivement une certaine raideur dans la mise en scène, elle est en accord avec le poids des conventions et des codes de cette époque de l'Angleterre post-victorienne.

Les décors et les costumes sont superbes, avec une réserve pour la toute dernière scène qui fait un peu « décor de carton » – Buckingham aurait pu faire un effort et laisser le vrai balcon à Colin Firth quand même !

 

Ce film est émouvant et drôle. Emouvant parce qu'il met en lumière la douleur d'un homme qui ne trouve aucune compation pour son handicap dans son milieu. Et là, Colin Firth est brillantissime, il sait bégaiyer, certes, mais ce n'est pas là qu'il excelle. Il est magnifique dans les scènes de colères, dans les moments où la prise de parole devient autant une souffrance physique que morale, dans les scènes où face à un frère arrogant et méprisant, il redevient un petit garçon muet et apeuré. Voilà c'est dit ! Colin Firth mérite emplement tous les lauriers qu'on voudra bien lui donner.

Mais il n'est pas seul à faire que ce film mérite d'être vu.

Si Colin Firth est aussi génial, c'est que d'autres acteurs exceptionnels lui donnent la réplique.

Geoffrey Rush met de l'insolence, de l'impertinence, de la malice dans son personnage. Ce Lionel Logue ne cesse de commettre des crimes de lèse-majesté en appelant son Altesse royale Bertie, en le secouant physiquement et verbalement. Il est le seul à se comporter normalement avec lui, à voir l'homme et non seulement le prince. Ses méthodes sont loin d'être conventionnelles mais elles fonctionnent car elles ne séparent pas la technique de l'humain.


Que dire de sa femme, Myrtle (quel beau nom !), jouée par la magnifique Jennifer Ehle (vous vous souvenez ? la grande Elisabeth Bennet, déjà avec Colin pour partenaire). Elle n'apparaît pas beaucoup mais toutes ses scènes sont un pur bonheur – notamment celle où elle découvre le roi et la reine dans son salon (hilarant !).

Quant à Helena Bonham Carter, elle donne à son personnage l'assurance que Bertie n'a pas, et on l'imagine très bien des années plus tard, toujours pétillante, coiffée de chapeaux improbables et saluant au balcon du palais.

Guy Pearce aussi est étonnant dans le rôle de ce roi dandy, sans doute vampirisé par Wallis Simpson. Son sourire carnassier laisser imaginer ce qu'il a pu faire subir comme humiliation à son jeune frère.

Au-delà de retracer une partie de la vie de George VI, ce film parle également de la parole, de son pouvoir, surtout à une époque où la technique - la radio, et bientôt la télévision – va devenir le nouvel enjeu du pouvoir et changer le rapport entre les dirigeants et le peuple. Sans la radio et la nécessité de s'y exprimer pour toucher tous les peuples de l'Empire, dans leurs foyers, le handicap de George VI serait presque passé inapperçu. La scène où le roi regarde en famille le film de son couronnement et où le film continue par les actualités est intéressante de ce point de vue. Il est fasciné par Hitler, son éloquence, la force qu'il met dans la voix et le discours, et on voit bien là qu'il sent que c'est ce pouvoir là qui lui manque.

 

Mais c'est aussi cette scène qui m'a mise un peu mal à l'aise et qui m'a fait penser qu'il fallait que je remette un peu le nez dans l'histoire anglaise. Il me semble, mais sans certitude, que la fascination que le roi éprouve en regardant ces images ne concerne pas que le discours, mais aussi l'homme et sa politique. J'ai souvenir (à vérifier), que ce roi avait de la sympathie pour le régime allemand, tout comme son frère et Wallis Simpson.

 

Mais à l'évidence le réalisateur n'a pas souhaité aborder ce thème – qui pourrait faire l'objet d'un autre film – et a préféré axer son propos sur le duo Bertie/Lionel.

Et si finalement le vrai personnage principal n'était pas le roi mais Lionel Logue ?

Un film à voir quoi qu'il en soit.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Syl. 12/02/2011 20:05


Miss Somaja vous avez été taguée.
Nous dévoiler huit détails les plus intimes et les plus noirs de votre existence !!! Non, je plaisante ! Seulement, huit petites bêtises qui te représentent.


somaja.over-blog.com 12/02/2011 22:47



Comment ça les plus noirs ?  tu ne sais pas que ma vie est rose bonbon depuis mon premier cri qui était en fait un doux gazouillisl ? Bon je me plonge dans ma longue existence et je te
fais ça très bientôt.



Ys 12/02/2011 08:53


On en parle partout, c'est sûr, mais ici, dans le Loir-et-Cher, on ne peut pas le voir : il est joué dans une salle à Blois en version française... c'est honteux, on nous prend vraiment pour des
crétins, juste bons à aller voir les conneries de Dany Boon...


somaja.over-blog.com 12/02/2011 10:36



Le ciné c'est déjà cher, si en plus il faut faire des kilomètres.


 Un autre superbe film  - Incendies - a été retiré de beaucoup de salles en province parce qu'il ne rapportait pas assez. On ne donne plus le temps au public de découvrir,  ni
aux films de s'intaller : tout fout le camp ma pauvre dame. J'espère quand même que tu trouveras un ciné digne de ce
nom où tu pourras entendre les vraies voix, d'autant plus qu'il y a beaucoup de gros plans et que voir des lèvres articuler un mot en anglais et entendre quelque chose qui ne correspond
visuellement absolument pas doit être dérangeant.  C'est un peu loin, mais  le ciné les Carmes à Orléans propose un super programme et toujours en VO.



Syl. 11/02/2011 12:42


Et j'achèterai aussi le DVD. On pourra le revoir. As-tu perçu les critiques d'Angélique ?


somaja.over-blog.com 11/02/2011 16:44



Je n'avais rien lu avant, juste entendu partout que c'était super, que la performance d'acteur de CF était incroyable, etc. Je n'aime pas quand on parle de performance, on est pas en sport, là !
Un film c'est autre chose. Et quand c'est vraiment bien, certains critiques officiels ont du mal à le dire et arrivent toujours à minimiser le plaisir qu'ils ont eu. Pourtant, le plaisir, c'est
bien ce qui nous pousse, non ?



Présentation

  • : Les mille et une pages de Somaja
  • Les mille et une pages de Somaja
  • : Littérature, cinéma, voyages...
  • Contact

Challenge Jeunesse/Young adult

challenge-jeunesse-2

Recherche

Challenge Mois anglais

ennui

Archives

Challenge Goncourt des lycéens

        Challenge Goncourt lycéens

Challenge En scène !

CategorieMusset

Challenge Anne Perry

 

    anneperry2-copie-1

 

 

 

Challenge Thrillers et Polars

 

Challenge thriller