Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 15:58

Mots de têteMots de tête -  Dominique Resch

 

J’ai découvert Dominique Resch par ses romans, Les Poules et Le Pouce d’un autre,  grâce  à Liliba.  J’avais aimé son humour et l’originalité de ses sujets. Avec Mots de tête , il s’agit d’un récit sur son expérience d'enseignant. 

 Dominique Resch est professeur de Lettres-Histoire- Géographie en lycée professionnel dans les quartiers Nord de Marseille. Autant dire que ça ne doit pas être de tout repos tous les jours. Avec son ancienneté et tous ses « points », il pourrait prétendre à un poste dans un quartier plus tranquille, mais non ! Il préfère continuer à enseigner à des Tonio – oui, parce qu’un Tonio, il y en a tous les ans, il énerve, il désespère, il est la mine qui peut exploser à tout moment en classe, mais il l'aime bien ce Tonio, et il est là pour lui aussi.

Il a l’habitude de noter les phrases « atypiques » de ses élèves et il nous les livre dans un récit qui transpire la passion pour son métier, le respect pour ses élèves, le tout enrobé d’un humour parfois désopilant.

Le récit de Dominique Resch nous fait traverser une année scolaire avec lui , enseignant, quelques collègues, et surtout ses élèves, acteurs volontaires ou non de bien des tracas mais aussi de tant de bons moments.

Au fur et à mesure des différentes chroniques, on voit vivre ensemble ces jeunes pas toujours à l’écoute, qui ne savent pas non plus toujours ce qu’il font là, et un prof qui est parfois découragé, parfois amusé, souvent étonné.

Comment réagir quand, au beau milieu d’une séance des plus sérieuses sur Cyrano de Bergerac, un élève s’exclame « M’sieur… sur la tête de ma mère, j’ai trop envie de pisser… » ?  Par une explication sur la fonction du groupe nominal ? Ce passage est extraordinaire !

Comment adapter ses cours aux lendemains de matches de l’OM ?

“Le lundi matin, quand on a perdu le samedi soir, j’ai beau faire tout ce que je peux, je sais que c’est foutu d’avance. Le moral de mes troupes est dans les chaussettes et on se traînera toute la journée. Quand on perd, je le vois à la démarche. A l’œil triste et à l’air écœuré. Ils n’ont même pas besoin de parler.

En revanche, quand on gagne, tout est permis, le lundi matin.

N’allez pas croire que le portrait que Dominique Resch fait de son métier soit angélique. Il n’est pas naïf. Bien au contraire, il est conscient de la réalité sociale et culturelle dans laquelle vivent les jeunes qui lui sont confiés, de la violence qui ne demande qu’à éclater, de la précarité, de  l’incapacité de certains collègues à faire face, du malaise de l’école qui ne trouve rien de mieux à faire qu’à embaucher des anciens militaires pour régler les problèmes de violence (il n’a pas fait long feu le Francis !) ou à faire venir des Inspecteurs qui ne connaissent pas la réalité du terrain (il n’a pas l’air de beaucoup les aimer ceux-là, et je serais curieuse de savoir s’il a dédicacé son livre à son propre Inspecteur).

Il voit tout cela, mais il préfère regarder du côté des profs qui aiment leur métier,  qui savent y faire sans avoir besoin d’avoir fait l’armée pour se faire respecter. Le respect c’est vraiment le mot qui traverse ce livre, et c'est plein de sourires, de bienveillance. Le récit est sincère et rempli d'humour. C'est d'ailleurs certainement cette qualité qui permet à l'auteur d'aborder son métier et ses difficultés sans baisser les bras.

Je n’aime pas vraiment lire des récits sur l’école, et encore moins des témoignages, parce que j’ai l’impression d’être au boulot . Mais là, je vous assure, c’est vraiment drôle, si humain et si loin de tous les récits misérabilistes sur l'école !

Voir aussi chez Hérisson.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Essais
commenter cet article

commentaires

sophie57 14/12/2011 23:29

j'espère qu'il ne fera pas comme Bégaudeau ou Pennac, qui "adoraient" tellement leur métier qu'ils se sont empressés de quitter le navire une fois le succès venu...j'attendrai donc la suite des
évènements pour croire à la sincérité du bonhomme...

somaja.over-blog.com 16/12/2011 09:20



Je te sens très dubitative... tu as peut-être raison. J'ai plutôt un a priori positif, mais ...wait and see...(on est en plein dans le moins anglais...)



wens 13/12/2011 14:05

j'ai fini ma carrière, bienheureux enseignant, avec des classes de ciné, des élèves hypermotivés..j'admire ce type de prof solide dans son corps et dans sa tête...
Nota: j'ai aussi enseigné à des classes pratiques, des CPPN, des SES dans des collèges de type ZEP...Un joli paquet de sigles.

somaja.over-blog.com 13/12/2011 17:48



Ben oui, des élèves de classes à option, c'est pas la même chose...ils ont choisi et ça fait toute la différence. Veinard ! Et ceci explique toutes ces belles choses sur ton blog. Je n'ai découvert l'énigme du samedi qu'hier (lundi !), j'espère que vous allez continuer en 2012 !


Pour ce qui est des sigles, je les ai tous faits aussi et je ne regrette rien : de fichus moments mais beaucoup de très bons aussi (les projets ciné en faisaient partie).



Jeanmi 12/12/2011 10:37

Alors si vous n'aimez pas les livres sur l'école, un seul conseil :"le polar" et pourquoi pas le mien ?

somaja.over-blog.com 13/12/2011 10:01



J'aime les livres sur l'école quand ils sont comme celui-ci, plein d'humour, d'optimisme (sans pour autant faire l'autruche), de respect, et qu'ils ne sont pas l'occasion de stigmatiser certains
jeunes ou de se regarder le nombril. Mais j'adore aussi les polars, je vais donc aller voir de quoi il retourne. Merci pour votre visite.



jeneen 12/12/2011 08:55

ouf, t'es pas malade!!! Bon, pas fan des livres sur le métier(comme toi...) mais là, si c'est sincère et drôle...je note ! oui Syl, beau métier !!! (je pars rejoindre mes "grands" !) biz à toutes
les 3

somaja.over-blog.com 12/12/2011 14:57



Madame a repéré le jeu de mots - bravo !


Le récit est effectivement sincère et sans prétention. J'ai beaucoup aimé le regard respectueux posé sur les jeunes auxquels il a affaire. Et l'humour ! C'est sûrement ça qui lui fait supporter
les situations difficiles et qui lui permet de désamorcer certains conflits...si nos diplomates en avaient un peu plus, le monde irait peut-être mieux ?



Asphodèle 11/12/2011 19:28

j'arrive, j'arrive, j'ai fait la pom-pom girl toute la journée sous les fenêtres d'Aymeline et de Sharon, t'avais raison, c'est pas de tout repos à mon âge ! Enfin, je vais attendre 22 heures pour
les féliciter et hop, dodo !
J'ai eu peur quand j'ai vu le titre dans le mail "Mots de tête" (ça y est qu'est-ce qu'elle a ?). Ca doit faire du bien quand on enseigne de lire ce genre de livre, ça réconcilie un peu, il existe
encore de vrais profs avec vocation et tout et tout ! Mais on le savait...grâce à toi ! :)

somaja.over-blog.com 12/12/2011 14:48



Des supers profs, il y en a partout, mais ça ne fait pas la une...alors un récit intelligent et drôle, sans démagogie, sur le métier avec ses hauts et ses bas, ça fait du bien.


Oups ! j'ai complètement zappé le RAT cette fois ! Je ne sais pas si j'aurais pu agiter les pompoms, je ne me suis pas encore remise du précédent !



Présentation

  • : Les mille et une pages de Somaja
  • Les mille et une pages de Somaja
  • : Littérature, cinéma, voyages...
  • Contact

Challenge Jeunesse/Young adult

challenge-jeunesse-2

Recherche

Challenge Mois anglais

ennui

Archives

Challenge Goncourt des lycéens

        Challenge Goncourt lycéens

Challenge En scène !

CategorieMusset

Challenge Anne Perry

 

    anneperry2-copie-1

 

 

 

Challenge Thrillers et Polars

 

Challenge thriller