Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 07:14

 

keep-calm-and-read

 

Encore quelques jours à attendre...

On piaffe, on fait et défait des piles de livres et de films, on prépare des gourmandises, on se dit que juin ne sera pas assez long pour montrer toute la richesse de la culture anglaise...

On le sait, on avait déjà été frustré lors du  dernier mois anglais !

 

Merci à  Titine et  Lou de reprendre ce petit voyage vers mon île préférée.

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Des choses
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 15:50

 

Je reprends ces rendez-vous qui me permettent de parler plus rapidement de livres lus sans avoir eu le temps ou l'envie sur le moment d'en faire un billet.

Pour ces deux derniers épisodes, c'est le temps qui m'avait manqué parce que l'envie de partager mon enthousiasme pour cette série était bien là !  

 La fin d'une série http://2.bp.blogspot.com/_IErVaPjxR-U/TUej0J8QRFI/AAAAAAAAAig/I1vIKs0gxeo/s1600/coeur54.gif

 

 

 Le Passage des lumières-EspoirLe passage des lumières - révoltes  Passage des lumières Victoires  Passage Lumières IV Passage Lumières V

 

J'avais adoré les trois premiers épisodes ( Espoirs, Révoltes, Victoires) et je me demandais vraiment comment l'auteur allait pouvoir terminer sans me décevoir. Et bien Mme Cuenca, vous m'avez encore bluffée !

Passage Lumières ill 1 

Je ne vais pas vraiment vous raconter ici les deux derniers épisodes, ce serait vous gâcher le plaisir (parce que vous allez les lire, pas vrai ? ).

Je vais me contenter de vous donner mes impressions et vous dire pourquoi cette série mérite plus que la lecture de billets ici et là.

Tout d'abord, si j'aime les romans historiques, j'en ai peu lus en littérature jeunesse qui soient aussi intelligents à la fois dans ce qu'ils apportent d'historique justement, et dans leur structure narrative (peut-être qu'il y en a plein, mais ils ne me sont jamais passés entre les mains !).

Ensuite parce que l'entrée dans l'Histoire par le fantastique permet justement aux jeunes lecteurs d'aujourd'hui d'adhérer à l'histoire romanesque et donc d'entrer avec plaisir dans l'Histoire.

Dans le premier épisode, Espoirs, Zélie, en classe de 3ème, découvre grâce à un oncle apparemment pas très mature, un passage vers le 18ème siècle et se retrouve confrontée aux premiers frissons de la Révolution française. Elle assiste à la rédaction de cahiers de doléances et ressent ses premiers émois amoureux quand elle rencontre le jeune et beau Léandre.

Passage Lumières ill 3 

Au fur et à mesure des épisodes qui correspondent à chaque fois à un retour de Zélie dans le passé, l'auteur fait vivre à son héroïne un nouvel épisode de la Révolution.

1791 et la fuite du roi dans Révoltes, 1792, la bataille de Valmy et la naissance de la Ière République dans Victoires, 1794 et la Terreur dans Révélations etTrahisons, les deux derniers épisodes.

Passage Lumières ill 2 

N'insistez pas, je ne vous raconterai pas la fin. Je peux juste vous dire que Zélie, au péril de sa vie va affronter bien des dangers pour tenter de sauver Léandre de la mort par guillotine.

Ils sont tellement mignons ces deux-là, on voudrait tellement qu'ils vivent heureux pour toujours...

Mais peut-on changer le passé ? Peut-on refaire l'Histoire ? Deux époques peuvent-elles cohabiter ?

Passage Lumières ill 5      Passage Lumières ill 4

Catherine Cuenca sait allier roman historique et roman d'aventures avec talent. Elle nous tient en haleine à chaque épisode grâce à une succession de rebondissements dignes des meilleurs romans d'aventures.

Cette série dont l'aspect visuel est également magnifique fait appel à l'intelligence des jeunes et elle ose décrire des scènes difficiles. Plus on avance dans le récit, plus l'atmosphère est pesante, dramatique, sombre.

A chaque épisode, le chapitre de fin, voire la toute dernière page, m'a scotchée !

Et ce n'était rien comparé à l'épilogue du dernier épisode !

On croyait que c'était terminé mais qui sait....

 

Pour en savoir plus sur Catherine Cuenca   

Les illustrations viennent du site de Raphaël Beugnot, l'illustrateur de la série.

 

 L'avis de Hérisson chez qui j'avais découvert ce petit bijou.   

  Le rendez-vous aussi chez MissBouquinaix   (Maurice Leblanc, Françoise Sagan, Tonino Benaquista)

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Romans dits jeunesse
commenter cet article
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 07:20

 

    Quelques jours de vacances, trop vite passés, comme le beau temps....

 

Mais j'avais envie de vous faire partager les beautés que j'ai croisées sur mon chemin. DSCF7828

Et notament  celles du domaine de Chaumont-sur-Loire DSCF7844

où les expositions sont magnifiques et où le thème du festival des jardins est cette année "Jardin des sensations".

Le printemps ayant été très timide (c'est un euphémisme !), tout est encore en devenir question plantations, mais on voit déjà se dessiner les jardins et on imagine ce qu'ils seront.

 

J'y retournerai et je vous en reparlerai sans doute, je ne me lasse pas de cet endroit.

En attendant, un petit aperçu du parc  et des beautés qu'il nous a révélées.  

      Chaumont 2013-Parc

 

2013- Fleurs2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autre émotion : ce brin de muguet qui a poussé dans mon unique pot sur mon balcon...je ne sais absolument pas comment il y est arrivé ! Peu importe, il faut savoir profiter des bonnes choses.  

Ce petit brin de muguet, je le partage avec vous...qu'il vous porte bonheur !

  DSCF7879

 

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Des choses
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 06:00

 

 

 

Un beau cadeau de mon amie Syl.

award-liebster

Mais pour le gagner définitivement il faut tout d'abord que je fasse 11 révélations sur mon moi personnel, puis je dois répondre à 11 questions concoctées par l'amie Syl..

 

C'est parti pour les révélations ! Eloignez les enfants et les personnes sensibles. 

  

- Je suis la reine de la procrastination !

- Quand avais 13 ans, un garçon m'a dit que j'avais les yeux glauques : je l'ai très mal pris ! Et puis quand j'ai compris la signification de ce mot, le garçon avait déjà pris ses jambes à son coup ! J'avais sans doute devant moi l'arrière-arrière petit-fils de Victor Hugo et je l'ai laissé filer ! Mais t'es oùùùùùù ?

- Quand je dors, je ne sais pas quoi faire de mes bras. Si, si, c'est possible !

- Je suis une fataliste-optimiste. Si, si, c'est possible !

- J'adore le cinéma. Je suis capable de revoir une scène en boucle ou de mettre un dvd juste pour revoir le générique.

- Je n'ai pas UN mais UNE MULTITUDE d'épis, ça me rend folle ! Je crois que je vais proposer ma coiffeuse à la béatification ! 

- J'ai menti sur ma carte d'identité : j'ai dit que je faisais 1m60, mais en réalité, je ne fais que 1m58. 

- Je n'ai pas fait de vélo depuis 1984.

- Je me demande toujours pourquoi mes amis sont mes amis, ça reste un mystère pour moi.

- Ma soeur était tellement parfaite que pour qu'on ne m'oublie pas, j'ai cultivé l'inverse. Elle est toujours parfaite, et moi toujours pas !

- J'ai continuellement l'esprit occupé par des questions essentielles telles que "pourquoi les abeilles n'ont-elles pas de revendications salariales ?", "Et si je ne me coupais plus jamais les ongles, comment je pourrais continuer à taper mes billets ? " ou "Pourquoi la sonnerie du téléphone n'est-elle pas la même en France, en Angleterre ou en Allemagne ?" Vous comprendrez que je n'ai pas toujours une vie facile...si vous avez des réponses n'hésitez pas....

 

Jusque-là, ça va ? Vous tenez le choc ? J'y suis allée un peu fort, pardonnez-moi, mais quand on me demande de me livrer, je me lâche... 

 

 

Maintenant les 11 questions concoctées par l'amie Syl.

 

1. Peux-tu faire le grand écart ? Toucher ton nez avec la langue ? Faire un truc.

Mais bien sûr que je peux faire tout ça, et bien plus ! Par exemple, je peux tenir un gâteau d'une main et du chocolat de l'autre. 

 

2. Cet été, la mode, tu la vois en quelles couleurs ?

De toutes les couleurs, je veux de la couleur !!! assez de la grisaille ! 

 


3. Prends-tu le temps le matin de te badigeonner de crème… enduire ton corps… ?

Le matin, non, je suis toujours à la bourre, et pas le temps de faire le tour de tous les plis, bourrelets et autres reliefs.... Et de toute façon, pas besoin, j'ai une peau de bébé ...

 

4. Crois-tu aux fantômes ?

 Avec des draps blancs et des chaînes ? Non ! 

5. A quoi jouais-tu en cours de récréation ?

Je ne me souviens pas vraiment, seulement de parties de 4 coins (il y avait 4 beaux marronniers dans la cour) ou aux osselets.  

 

6. Ton dessin animé préféré ? et ta série culte ? Le générique que tu me chanterais…

Je ne me risquerais pas à chanter ma pauvre !  Je n'étais pas très dessins animés , mais j'adorai Les Mystères de l'Ouest,  Cosmos 1999 (je suis sûre que si je les revoyais  maintenant je trouverais ces séries kitchissimes).

 

7. Si tu devais écrire un livre, que raconterais-tu ? 

Pas d'aventures extraordinaires, mais l'histoire de petits riens, de ces petites choses qui peuvent bouleverser des vies... 

 

8. Quel est le prochain pays que tu visiteras ? Que tu aimerais fouler de tes pas... J'aimerais aller dans de si nombreux pays ! Les pays nordiques pour expérimenter le jour ou la nuit qui n'en finit pas, l'Ecosse, pour les paysages et la verdure, l'Australie, un rêve de gamine, et l'Angleterre, encore et toujours... mais aucun n'est au programme dans l'immédiat.

 

 9. As-tu déjà écrit des poèmes ? Peux-tu m’en faire un en 4 lignes ???

Je crois bien que je n'ai jamais rien écrit du genre mais pour toi, je fais l'effort, accroche-toi !

Le Printemps !

O les jolies fleurs, qu'elles sentent bon !

Et les grenouilles aux joues gonflées,

Les pauvres, elles sentent des pieds !

Mais les jolies fleurs, elles, sentent vraiment bon !

Voilà, fallait pas me chercher !!!!

 

10. Je t’embête ? 

Tu sais bien que tu ne m'embêtes jamais ! 

 

11. Propose-moi une lecture commune ! Nous avons toute la vie pour l’honorer. Un truc gentil qui ne fait pas pleurer !

Je veux bien lire la suite de La Souris bleue, ou un polar, au choix...on en reparle ?

 

    Voilà mon amie, sans rancune....   

 

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Tags
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 15:46

 

l'enfant cachée couvL'Enfant cachée - Loïc Dauvillier, scénariste / Marc Lizaro, dessinateur , Greg Salsedo, coloriste

 

Pas facile d'aborder la Deuxième guerre mondiale et particulièrement la Shoah pour un public jeunesse.

J'avais vu que c'était possible toutefois avec le roman  Un Jour de Morris Gleitzman, mais une BD ?

Et bien Loïc Dauvilliers et Marc Lizaro ont réussi l'exploit de faire une BD intelligente, pleine d'émotion, sans jamais éluder les sujets très difficiles tels que les rafles, les camps et l'horreur nazie.

Dans L'Enfant cachée, c'est au travers du récit d'une grand-mère, Dounia, que nous retraversons cette sombre page de l'Histoire.

Elsa c'est la petite-fille de Dounia. Une nuit elle surprend sa grand-mère pas encore endormie qui regarde de vieilles photos. La petite fille questionne la vieille dame sur la cauchemar qui l'a tenue éveillée. Elle ne croit pas si bien dire.

Dounia commence donc à lui raconter son histoire de petite fille juive pendant la guerre. Les vexations à l'école, l'étoile jaune, les insultes, la répression policière, l'arrestation de ses parents, les heures passées cachée, seule, dans une armoire en attendant qu'une voisine vienne la délivrer et la cacher chez elle. l'enfant cachée 1

Dounia devra changer de nom, et elle passera le reste de la guerre à la campagne, chez des gens accueillants, en attendant peut-être le retour de ses parents.

Rien est occulté dans cet album, ni l'horreur (une seule image m' a presque fait sursauter en tournant une page, une image qui prend toute la page parce ce que ce qu'elle représente devait aussi prendre tout l'espace pour ceux qui voyaient les rescapés rentrer des camps), ni la bonté et le courage de ceux qui ont su prendre soin de ces enfants cachés.

Par la bouche de la grand-mère, c'est la petite Dounia qui s'exprime, une petite fille encore hantée par ce qu'elle a vécu. Elle ose raconter tout cela à sa petit-fille alors qu'elle n'a jamais pu en parler à son propre fils.

l'enfant cachée 3

C'est un album très émouvant, délicat, qui permet d'aborder ce sujet avec les plus jeunes. Un véritable réussite aussi côté graphique. Les personnages à grosse tête ronde permettent de garder malgré tout une distance bienvenue avec la lourdeur du propos qui serait impossible à tenir à des enfants trop jeunes.

Les avis de Hérisson, Lasardine, Noukette

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans BD - Albums
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 07:38

Ouasmok 2Ouasmok  ? – texte de Sylvain Levey / mise en scène de Anne Contensou / avec Géraldine Martineau et Pierre Moure

Quel beau moment ! 50 minutes, à peine une petite heure pour rencontrer deux personnages. A peine une petite heure pour rire, être ému avec eux et se résoudre difficilement à les quitter.

Le temps de quelques jours, Pierre et Léa vont tout vivre sous nos yeux une rencontre, l'amour, une cérémonie de mariage, un enfant, les disputes, le divorce . Tout cela avec une fraîcheur émouvante et un regard sur le monde que bien des adultes n'ont pas. Et pour cause : Pierre et Léa ont 10 ans !

Cette vie en accéléré c'est pour de faux bien sûr. Un jeu ! A 10 ans on joue à "quand on sera grand" , mais ils le font avec sérieux, sinon ça ne marche pas.

Les deux comédiens (Géraldine Martineau et Pierre Moure) jouent les gamins avec enthousiasme et talent et réussissent réellement à nous faire croire qu'ils ont vraiment 10 ans, sans jamais tomber dans la mièvrerie ou l'excès. On sent leur plaisir à être sur scène et à "jouer" eux aussi. Ouasmok 3

Ils ont la chance de servir au public un texte intelligent qui ne prend pas les jeunes pour des idiots et la langue est belle, drôle, poétique. Un texte qui met à nu la relation amoureuse du début à la fin comme si on avait appuyé sur la touche « accéléré ».

D'ailleurs, dans sa mise en scène, Anne Contensou met en évidence le côté cinématographique du texte. On voit défiler les scènes coupées de fondus au noir et des ralentis sur lumière stroboscopique.

Le dispositif scénique est simple, très sobre. Un échafaudage et un plan incliné tapissé de vieux 45 tours. Pas besoin de plus, on est à l'arrêt de bus, dans la maison de la grand-mère, dans la clocher de l'école... Ouasmok 1

Je ne sais pas si ce très beau spectacle tourne encore , mais si vous le voyez passer, n'hésitez pas (à partir de 8 ans).

Sinon, ruez-vous sur tous les spectacles écrits par Sylvain Levey, je peux vous assurez que vous ne serez pas déçus.

Ouasmok ? (Prix SACD de la pièce jeune public, 2005) publié aux Editions Théâtrales.

A voir et à écouter une petite vidéo où S. Levey fait l'apologie de l'ennui (comme il a raison !) et nous dit qu'"écrire un livre, c'est mettre une emprunte sur le monde"  http://vimeo.com/channels/theatralesjeunesse10ans/32175455".

 

Pour le challenge En scène chez  EimelleCategorieRacine

 

 

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Théâtre
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 12:03
 
à quoi servent les clownsAu Salon du livre de jeunesse, je comptais bien voir Anne Percin et lui faire dédicacer un roman pour la petiote … ou pour moi ! Mais sur le stand il n'y avait que  Le premier été,  que j'avais déjà. D'ailleurs, j'avais déjà tous ceux qui étaient présentés, et comme je n'avais pas voulu me charger, je ne les avais pas apportés avec moi. Des livres, ce n'est pas ce qui manque au Salon... J'ai donc pris le seul que je ne connaissais pas … A quoi servent les clowns ? A priori, je n'aime pas l'univers du cirque et je trouve que la couverture est plutôt repoussante. Mais franchement je ne regrette pas d'avoir mis la main sur cette histoire.
Tout d'abord, parce que Anne Percin a fait une très jolie dédicace pour la petiote. Ensuite parce que cette histoire, encore une fois fait mouche.
 
A quoi servent les clowns ? – Anne Percin
Mélinda, presque sept ans, vit avec sa maman et sa grande sœur dans une caravane, seul refuge trouvé après l'incendie de leur immeuble. La maman travaille beaucoup, fait des heures supplémentaires à n'en plus finir pour essayer de joindre les deux bouts, et Cindy, la grande sœur, apprentie coiffeuse, veille souvent sur la petite.
De l'incendie, Mélinda n'a sauvé que son livre de lecture parce que la maîtresse avait donné des pages à lire pour le lendemain. Mais pas de chance, la voiture de maman est en panne et elle ne peut donc pas aller à l'école.
Elle avait d'autres trésors qu'elle aurait pu sauver : Tigrou, sa peluche doudou ou l'unique photo de son père qu'elle n'a jamais connu. Elle regrette.
Alors Mélinda passe son temps à jouer, à rêver. Elle oublie ainsi le quotidien.
Un jour, elle trouve un petit tigre tout doux, tout gentil, qu'elle va nourrir en dérobant de la viande à la baraque à frites de sa mère.
Ce bébé tigre s'est échappé d'un cirque et c'est la faute de Pablo. Il aide dans le cirque de ses parents qui vient s'installer tout près de la caravane de Mélinda. Bien sûr, la rencontre entre les deux enfants et les deux univers va changer la vie de Mélinda et de sa famille, et on va assister à de nombreux rebondissements.
Dans ce petit roman, Anne Percin aborde des thèmes très sombres – la précarité, l'exclusion, le racisme – autant de faits de société très actuels. Mais elle y met aussi beaucoup de poésie et elle fait de l'histoire de Mélinda un vrai conte de fée. Elle célèbre le pouvoir de l'imaginaire, du rêve, et met des couleurs et de la lumière là où on aurait bien du mal à en trouver si on était à la place de cette famille.
Elle ne s'étend pas sur la vie difficile de la mère et de ses filles, elle la suggère, nous amène à la lire entre les lignes. Elle préfère nous conduire vers autre chose, vers la capacité à rebondir, vers l'espoir, la possibilité d'entrevoir un arc-en-ciel entre les larmes et de rire malgré les difficultés. Et tout ça dans un style vivant, des dialogues toujours justes, l'ensemble du récit passant avec subtilité du rire aux larmes sans jamais tomber dans le mélo larmoyant.
L'auteur fait encore une fois preuve d'un grand sens de l'observation des ados et des enfants. Tout est juste !
Ah ! Au fait ! A quoi servent les clowns ? "Un clown, c'est quelqu'un qui te fait marrer quand tu voudrais pleurer, parce que plus ça va mal, plus c'est dur de rire, et plus t'en as besoin"


Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Romans dits jeunesse
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 06:49

 

AccabadoraAccabadora – Michela Murgia – traduit de l’Italien par  Nathalie Bauer 

 

Petit livre de seulement 180 pages gentiment prêté par Béa (Une Comète)

 

 La guerre a pris son fiancé à Tzia Bonaria Urrai, la privant également de possibilité d’enfants. Toujours vêtue de noir, elle vit seule à Sorini, petit village de Sardaigne.

Sur cette île, la vie est rude et les coutumes ancestrales sont toujours aussi prégnantes. Particulièrement celles qui entourent les événements majeurs de la vie – naissance, mariage, mort. On y croit aux esprits sans pour autant manquer de respect au curé et à la religion. Tout est affaire de superstition.

 La vie à Sorini est tellement rythmée par toutes ces habitudes ancestrales, que j’ai eu du mal à intégrer le fait que le récit commence dans les années 50. J’ai souvent été surprise au cours de ma lecture à l’évocation de la télévision, d’une paire de jeans, ou de tout autre élément de modernité tant la vie à Sorini semble s’être arrêtée il y a bien longtemps.

 Une coutume y perdure, celle qui permet d’un accord tacite, de prendre un enfant à une autre famille. C’est ce qui va arriver à Maria, 6 ans. Elle est la quatrième fille d’une mère qui n’en voulait plus, et d’un père mort. Tzia Bonaria va en faire sa fillus de anima – sa fille d’âme.

 C’est l’histoire de ces deux-là que Michela Murgia nous conte.

Maria va à l’école, et s’attache à cette autre mère qui lui enseigne son métier, la couture.  Elle ne regrette pas sa vie d’avant, sa famille biologique, qu’elle continuera à fréquenter lors de rares occasions.

La vie de Maria se construit autour de l’école, du quotidien avec Tzia Bonaria, et de son ami Andria. Une vie simple, sans questions.

Pourtant Tzia Bonaria cache un secret. La petite fille a remarqué qu’il lui arrivait de sortir la nuit.

Elle apprendra beaucoup plus tard que cette femme à qui elle a donné son affection et en qui elle a une totale confiance n’est peut-être aussi « bonne » qu’elle le croit. En effet, elle tient dans le village le rôle de l’Accabadora .

Il m’est difficile d’en dire plus sans vous gâcher le plaisir de la découverte de ce très joli roman. L’écriture est belle, émouvante. L’auteur fait le magnifique portrait d’un village où la vie est dure et où la violence n’est jamais très loin – querelles de voisinage, rudesse du travail, refus d’un corps  mutilé… - mais elle porte aussi un regard aimant sur ses personnages et quels que soient leurs agissements, jamais elle ne les condamne.

Elle décrit à merveille les paysages, les réunions de femmes et leurs places dans les foyers, les patisseries dont on sent presque le goût, les visages, les mains . A chaque page les images fusent et on se sent transporté à Sorini.

Une très belle découverte.

Merci Béa.

Ce roman a également plus à Asphodèle, Syl., Anne, Argali.

 


Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Romans
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 18:33

Yark 1

 

Le Yark - Auteur : Bertrand Santini / Illustrateur : Laurent Gapaillard

 

Encore une fois je me félicite d'avoir suivi l'avis enthousiaste de Theoma.

J'ai accueilli le Yark chez moi et ce fut un grand moment de bonheur.

Vous ne connaissez pas le Yark ? Vous l'avez pourtant certainement rencontré dans vos pires cauchemars lorsque vous étiez enfant. Mais heureusement il n'est jamais entré dans votre chambre, sinon vous ne seriez pas là à me lire !

    Que dire de ce monstre ? Qu'il est gastronome ! Ses plats préférés : « jambon de garçon, gratin d’orphelins, purée d’écoliers, gigot de jumeaux, bébés panés  rillettes de fillettes ».

Mais il doit choisir ses plats avec prudence parce que cet énorme monstre poilu a un système digestif fragile. « Son ventre délicat ne tolère que la chair d’enfants sages, un peu comme les vieux, qui avec l’âge, ne digèrent plus que le potage ».

le yark 6 

Et de nos jours, les enfants sages, ça ne court pas les rues, alors notre horrible Yark n'est pas loin de mourir de faim.  

Ce roman illustré est une petite merveille d'humour noir. C'est jubilatoire parce que souvent immoral !

Bernard Santini lorgne du côté du conte mais en le détournant, et pour notre plus grand plaisir il nous entraîne vers des aventures inattendues.

Le petit côté « conte traditionnel » est souligné par les magnifiques illustrations de Laurent Gapaillard. Voyez-vous même, des gravures qui rappellent celles de Gustave Doré (mais en beaucoup plus drôle !)  

 

Yrak 2     yark 4

yark 8        yark 3

 Ne vous privez surtout pas de cette lecture, pour vous ou pour vos petiots !

Au fait, qu'en pensez-vous ? Vos petiots feraient-ils un bon repas pour le Yark ou lui donneraient-ils quelques embarras intestinaux ?

le yark 5

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Romans dits jeunesse
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 20:01

 

 

 

QDP

C'est fou ! Une idée lancée à Asphodèle, comme ça, l'été dernier...

"Et si on allait à Lyon au Quai des Polars ?" 

Mars 2013, ça paraissait loin, impossible, et puis...on l'a fait !

Et franchement , je ne regrette pas les kilomètres ni la fatigue!


L'occasion de découvrir une manifestation dont je n'avais jamais entendu parler avant de surfer sur les blogs.

L'occasion aussi de partager un long week-end avec Asphodèle.

L'occasion de rencontrer d'autres blogeurs - AntibluesSoène, Célestine - autour des livres mais aussi autour d'un déjeuner savoureux, et de croiser Nathalie/Mark et Marcel.

L'occasion de voir, d'entendre et d'échanger un peu avec Marcus Malte, Peter May, Guillian Flynn GF, Marin Ledun...

L'occasion aussi de voir une ville sous la pluie et le soleil, de tomber sous le charme de son architecture (pour le peu que j'en ai vu) et de sa gastronomie (pour le moins peu que j'en ai goûté)...

Une parenthèse enchantée dans une période un peu grise...qu'est-ce que ça fait du bien !

Fatiguée ? Oui ! Et alors ??? On s'en remettra (enfin, j'espère !).

 

 

Je me suis régalée (dans tous les sens du mot) et j'ai rapporté des souvenirs...dans ma tête....et ...quelques livres...parce que même si j'ai été TRES, TRES raisonnable, je ne pouvais quand même pas revenir sans quelques promesses de bonnes lectures...

Des Marcus Malte (l'auteur qui jusque-là m'a toujours surprise)MM, des Peter May, homme charmant au français impeccablePM,

un Caryl Férey déjanté (c'est un pléonasme !) CF,

un Marin Ledun ML-copie-1 auteur découvert au salon, il ne me reste plus qu'à découvrir ses romans.

De très bons moments en perspective.

Lyon QDP 2013

 

Allez voir l'excellent reportage de Soène, .

Un week-end trop vite passé qui s'est achevé chez Syl., avec  Do, autour d'un bon repas et d'une partie de scrabble où je n'ai pas vraiment brillé, mais ça, ce n'est pas une surprise....

 

 

Repost 0
Published by somaja.over-blog.com - dans Des choses
commenter cet article

Présentation

  • : Les mille et une pages de Somaja
  • Les mille et une pages de Somaja
  • : Littérature, cinéma, voyages...
  • Contact

Challenge Jeunesse/Young adult

challenge-jeunesse-2

Recherche

Challenge Mois anglais

ennui

Archives

Challenge Goncourt des lycéens

        Challenge Goncourt lycéens

Challenge En scène !

CategorieMusset

Challenge Anne Perry

 

    anneperry2-copie-1

 

 

 

Challenge Thrillers et Polars

 

Challenge thriller